spital_symbolbild_gross.gif

Depuis quelques années, des initiatives parlementaires en suspens revendiquent un financement uniforme des prestations de santé ambulatoires et hospitalières. Actuellement, les cantons prennent en charge jusqu’à 55% des coûts des prestations hospitalières, les caisses-maladie 45%. Les traitements ambulatoires sont en revanche intégralement financés par les caisses-maladie.

Étant donné qu’en raison du progrès médical, de plus en plus de traitements se font en ambulatoire et ne nécessitent plus d’hospitalisation, on assiste à un transfert vers le secteur ambulatoire qui est entièrement à la charge des payeuses et payeurs de primes. Un financement uniforme aurait pour effet que ce transfert souhaité soit en partie à la charge des cantons/du contribuable et que la part revenant aux impôts et celle revenant aux primes évolueraient à l’avenir parallèlement. L’espoir est que ceci atténue les coûts dans la mesure où la prise en charge ambulatoire est moins coûteuse et où de mauvaises incitations existant actuellement seraient éliminées.

Le 15 mai 2018, la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N) a entamé la consultation sur son avant-projet relatif au financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires (EFAS). La consultation s’achevait le 15 septembre 2018.

Le 12 septembre, en collaboration avec d’autres associations d’assureurs, caisses-maladie, pharmacies, hôpitaux, médecins, patients et consommateurs, Interpharma a salué expressément dans un communiqué de presse le projet pragmatique mis en consultation par la CSSS-N.

Les partenaires de l’EFAS vont continuer à accompagner de manière constructive le processus de réforme.