En coopération avec santésuisse, Interpharma a lancé le projet de parties prenantes «SwissHTA» qui a été soutenu par la Fédération des médecins suisses (FMH) et l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM) et accompagné par la Confédération en tant qu’observatrice. Dans ce cadre, un consensus sur l’utilisation des Health Technology Assessments (HTA, évaluation des technologies de la santé) en Suisse a été élaboré. En 2015, SwissHTA est officiellement entrée à l’association responsable du Swiss Medical Board (SMB) après qu’un processus de convergence avait été entamé en 2014 de manière à regrouper les approches d’évaluation des deux projets.

Suggestions d’Interpharma pour une approche large

En mai 2016, le Conseil fédéral a décidé de renforcer l’évaluation des technologies de la santé (HTA) et de faire réexaminer systématiquement et régulièrement l’utilité des prestations médicales. Interpharma s’était engagée pour l’abandon du projet de loi fédérale sur le Centre pour la qualité dans l’assurance obligatoire des soins (AOS) qui, en plus de l’assurance qualité, devait également réaliser des HTA. En consultation, Interpharma et de nombreuses autres parties prenantes avaient critiqué ce projet. À présent, les domaines qualité et HTA doivent être traités séparément. Une unité spécifique HTA est créée à cet effet au sein de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les parties prenantes peuvent déposer des propositions de prestations de santé à évaluer. Interpharma a déposé plusieurs suggestions pour 2016 et 2017 et pris position sur des rapports de HTA. Les questions déposées poursuivent une approche large, visant à réduire les soins inadaptés, insuffisants ou excédentaires. Interpharma s’engage depuis des années pour une approche large de ce type.