Ebene-16.jpg
Ebene-35.jpg
Ebene-13.jpg
Ebene-14.jpg
Ebene-36.jpg
Ebene-34.jpg
Ebene-33.jpg
Ebene-15.jpg
Ebene-32.jpg
Ebene-37.jpg
Ebene-16.jpg

Réputation de la branche


La solidité économique est constitutive de l’image de l’industrie pharmaceutique

SCROLL DOWN

Réputation de la branche


La solidité économique est constitutive de l’image de l’industrie pharmaceutique

Déclarations sur l’industrie pharmaceutique, Moniteur de la santé 2016, gfs.bern, 2016.  

Déclarations sur l’industrie pharmaceutique, Moniteur de la santé 2016, gfs.bern, 2016.

 

RÉPUTATION DANS LA POPULATION

Depuis de nombreuses années, l’institut de recherches gfs.bern réalise régulièrement des études mandatées par Interpharma sur l’opinion de la population vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique (moniteur de réputation) ainsi que le moniteur annuel de la santé. En 2016, les deux enquêtes ont révélé une image nuancée des opinions vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique. Les personnes interrogées reconnaissent en particulier qu’elle est un employeur important (91%), qu’elle possède une bonne réputation professionnelle à l’étranger (89%) et que, grâce à l’exportation, elle représente un moteur de l’économie suisse (84%). Les opinions sont plus critiques au sujet de la transparence: 45% seulement des personnes interrogées trouvent que l’industrie pharmaceutique informe de manière transparente au sujet de ses activités. 


RÉPUTATION DANS LES MÉDIAS

Les évaluations de l’institut de recherche sur l’opinion publique et la société de l’Université de Zurich «fög» (Forschungsinstitut für die Öffentlichkeit und Gesellschaft) montrent que l’industrie pharmaceutique rencontre dans les médias un écho de plus en plus important depuis 2013. L’engagement clair pour le site économique et scientifique suisse renforce nettement le profil de la branche pharmaceutique. Dans les médias, la branche pharmaceutique est de plus en plus souvent le secteur phare, reléguant les banques au second plan. Les comptes-rendus des médias mettent l’accent sur l’excellente réputation de fonctionnement. Succès économique, compétence, cohérence des décisions au niveau du management et de l’organisation sont les sujets qui confèrent une image positive à l’industrie pharmaceutique.

Ebene-35.jpg

Relations Suisse-UE: roadshow et campagne


L’industrie pharmaceutique et les universités recherchent le dialogue

Relations Suisse-UE: roadshow et campagne


L’industrie pharmaceutique et les universités recherchent le dialogue

L’industrie pharmaceutique et les universités recherchent le dialogue avec les parties prenantes et le public intéressé sur les thèmes la Suisse en tant que place pharmaceutique et site de recherche scientifique ainsi que l’importance des accords bilatéraux pour la compétitivité future. Des représentant-e-s de haut rang des milieux industriels et universitaires rencontrent ce faisant des leaders d’opinion locaux des cercles économiques et politiques ainsi que le grand public. Des tours de table ont lieu le midi et des manifestations publiques le soir. Après le premier tour de table de midi à Lucerne le 21 septembre, un autre a eu lieu à Zurich le 21 novembre et, le même jour, la première manifestation en soirée «Ouverture économique: où va la Suisse?». Quelque 150 personnes intéressées avaient répondu à l’invitation au Glockenhof à Zurich. 

Exportations sans complications et accès à du personnel qualifié

Dans son exposé d’introduction, André Wyss, président de Novartis Suisse, a souligné l’importance d’une Suisse ouverte. Il a plus particulièrement abordé l’importance des accords bilatéraux avec l’UE. Alors que l’économie est également sous pression dans d’autres domaines, ceux-ci sont maintenant plus importants que jamais, a-t-il dit: pour pouvoir continuer à développer des médicaments novateurs, il est décisif d’avoir accès de manière non bureaucratique à du personnel européen qualifié. Les accords sont aussi importants parce qu’ils ont supprimé les anciens obstacles au commerce, permettant à la Suisse d’exporter sans complications vers 28 pays de l’UE les médicaments qu’elle produit, a-t-il ajouté.

Ensuite, des représentant-e-s de haut rang de l’industrie pharmaceutique, de la branche des TI, de la recherche universitaire et des associations du secteur économique ont discuté l’importance et les chances d’une Suisse ouverte. Ils étaient unanimes sur le fait que la disparition des accords bilatéraux serait néfaste à la place suisse. La discussion était animée par Katja Gentinetta, philosophe et conseillère politique.

autres manifestations

D’autres manifestations vont avoir lieu dans le courant de l’année, à Soleure (31 janvier), Lausanne (14 février), Zoug (28 mars) et Fribourg (avril). Les manifestations commencent par un petit film de type radio-trottoir prenant le pouls de la population. En complément, un dépliant de poche et une documentation de base ont été produits. Le dépliant de poche montre clairement pourquoi les accords bilatéraux sont si importants. La documentation de base contient des chiffres et des faits, des données historiques ainsi que des anecdotes de la famille suisse modèle, les Rochat, qui illustrent comment les accords bilatéraux touchent notre vie quotidienne et la facilitent bien souvent.

Les manifestations sur l’Europe sont réalisées en partenariat avec economiesuisse, swissuniversities et les Chambres cantonales du commerce. Il s’agit d’une contribution de l’industrie pharmaceutique et de la recherche à la campagne «ouverte + souveraine» d’economiesuisse et aux activités de Swissmem.

Ces manifestations sont aussi relayées par les médias. C’est ainsi qu’un premier article est paru à ce sujet le 4 septembre dans le journal «Zentralschweiz am Sonntag», suivi le 19 novembre par le «Tages-Anzeiger» qui a longuement fait état de la campagne des associations du secteur économique, y compris vidéo, bande dessinée et petit sondage permettant de donner son avis sur cette campagne basée sur le dialogue et les activités régionales.

 

Ebene-13.jpg

Tour de Suisse – manifestations tandems Lunch & Learn


Les entreprises membres organisent en commun des manifestations d’information pour leur personnel

Tour de Suisse – manifestations tandems Lunch & Learn


Les entreprises membres organisent en commun des manifestations d’information pour leur personnel

Familiariser le personnel des entreprises membres d’Interpharma avec des sujets indépendants des produits, dépassant le cadre de l’entreprise, par exemple l’importance de la branche pharmaceutique pour la Suisse et les régions, telle était l’idée du programme inter-entreprises «Lunch&Learn» lancé en 2016. Pour la manifestation tandem, deux entreprises membres s’unissent pour organiser une manifestation interne commune dans les deux entreprises.

Les premières manifestations pilotes de Merck et GSK (2 et 15 juin) et de Janssen et AbbVie (8 septembre et 27 octobre) ont été des succès. À l’aide d’exemples émotionnels, l’utilité de l’industrie pharmaceutique pour les patient-e-s et pour le site suisse a pu être illustrée concrètement. Environ 50 collaboratrices et collaborateurs ont assisté à chaque manifestation. Ils ont pu se familiariser avec des thématiques concernant la branche dans son ensemble. «Nos collaborateurs étaient vraiment enthousiastes et une soixantaine sont venus, un très bon nombre pour une réunion de ce genre. La coopération entre entreprises s’est déroulée sans complications», a déclaré Philipp Kämpf, Director External Affairs chez AbbVie SA, après la manifestation du 27 octobre.

Ludo Ooms, Managing Director Switzerland-Austria Janssen-Cilag AG (à gauche) et Olaf Weppner, General Manager AbbVie Switzerland (à droite), lors de la manifestation Lunch & Learn du 27 octobre chez AbbVie.

Ludo Ooms, Managing Director Switzerland-Austria Janssen-Cilag AG (à
gauche) et Olaf Weppner, General Manager AbbVie Switzerland (à droite), lors de la manifestation Lunch & Learn du 27 octobre chez AbbVie.

Les entreprises membres sont libres de participer

Les entreprises membres sont libres de participer ou non et celles qui sont intéressées s’organisent de manière autonome. Interpharma met à disposition les supports d’information nécessaires tel que brochures, présentations, etc.

L’idée des manifestations tandems «Lunch&Learn» a été lancée dans le Communication Working Group. Il s’agissait de trouver de nouvelles voies pour communiquer les thématiques de la branche par des histoires concrètes, humaines et émotionnelles, et pour familiariser le personnel avec des thèmes concernant l’ensemble de la branche. Le Board d’Interpharma a beaucoup apprécié le projet et a suggéré de présenter et de réaliser ce concept dans d’autres pays d’Europe.

Les manifestations «Lunch&Learn» vont se poursuivre cette année.

 

Ebene-14.jpg

Projet de films de l’ECAL


Une classe de Bachelor de l’ecal réalise cinq courts-métrages pour Interpharma

Projet de films de l’ECAL


Une classe de Bachelor de l’ecal réalise cinq courts-métrages pour Interpharma

Les courts-métrages «Comment va douleur» et

Les courts-métrages «Comment va douleur» et

Des étudiant-e-s de l’ecal (Haute école d’arts appliqués) de Lausanne ont réalisé pour Interpharma cinq courts-métrages qui montrent de manières très différentes l’utilité de la recherche et des nouveaux médicaments pour les patient-e-s et le temps qu’il faut pour développer un nouveau médicament.

Les courts-métrages intitulés «Comment va douleur», «Le crabe et la lune», «Recherches», «Sisyphe» et «Hijo» abordent des sujets tels que le cancer, la polyarthrite rhumatoïde et les maladies rares. Les étudiant-e-s de dernière année de Bachelor ont développé les sujets de manière autonome et cherché eux-mêmes les protagonistes de leurs films. Les membres du Communication Working Group d’Interpharma ont soutenu les étudiant-e-s dans la réalisation par leurs connaissances, une aide au niveau de l’organisation et un budget défini.

lancement des films début 2017

«Hijo», que des étudiant-e-s de l’ecal de Lausanne ont réalisé pour Interpharma.

«Hijo», que des étudiant-e-s de l’ecal de Lausanne ont réalisé pour Interpharma.

Les films sont disponibles en version originale française ainsi que sous-titrés en allemand et en anglais. Le lancement officiel des films aura lieu début 2017. Ils seront disponibles sur Internet, sur les sites des entreprises membres, et seront présentés dans les écoles et les gymnases ainsi que lors de manifestations publiques sur des thèmes de santé.

L’idée d’une coopération avec l’ecal est née en 2015. Il s’agissait de trouver de nouvelles voies pour communiquer les thématiques de la branche par des histoires concrètes, humaines et émotionnelles, à l’aide d’exemples de personnes telles que collaborateurs ou patients. C’est exactement ce que font les films de l’ecal.

 

Ebene-36.jpg

Speakers Hub


Plus de place pour les histoires: les présentations du Speakers Hub ont été remaniées

Speakers Hub


Plus de place pour les histoires: les présentations du Speakers Hub ont été remaniées

Liliane Scherer, Communication Manager Roche Pharma Schweiz, lors de sa exposé du Speakers Hub le 12 octobre 2016.

Liliane Scherer, Communication Manager Roche Pharma Schweiz, lors de sa exposé du Speakers Hub le 12 octobre 2016.

Depuis trois ans, des ambassadrices et ambassadeurs d’Interpharma sont sur les routes de Suisse romande et alémanique pour ouvrir le dialogue avec le public intéressé et montrer comment fonctionnent la recherche et le développement, comment les patients bénéficient des nouveaux médicaments et quelle contribution l’industrie pharmaceutique apporte à l’économie suisse.

Les ambassadrices et ambassadeurs sont disponibles pour des exposés hôtes auprès d’organisations régionales, associations, institutions et entreprises du domaine de la santé, de l’économie et de la formation. En 2016, 28 interventions ont pu avoir lieu.

Pour ces interventions, Interpharma fournit aux représentants des entreprises des modules de présentation qui ont été remaniés l’année passée. Les présentations donnent maintenant plus de place aux émotions et aux histoires. Les graphiques sont présentés de manière plus attractive et les diapositives comportant beaucoup de texte ont été complétées par des illustrations. Les intervenants ont toute liberté d’adapter ces présentations de base individuellement selon leurs besoins. Des présentations sont disponibles sur les quatre sujets suivants:

  • Recherche et développement
  • Utilité des médicaments
  • Importance économique
  • Partenariat, l’exemple des maladies rares
Philipp Kämpf, Director External Affairs AbbVie AG, au club Kiwanis Limmattal-Zürich.

Philipp Kämpf, Director External Affairs AbbVie AG, au club Kiwanis Limmattal-Zürich.

diverses fonctions sont représentées

En 2016, des entraînements aux interventions en public ont été réalisés avec Farner Consulting AG. Les représentants intéressés des entreprises membres ont pu se familiariser avec les exposés et s’entraîner à la présentation.

Actuellement, le Speakers Hub englobe plus de 30 ambassadrices et ambassadeurs de 13 entreprises membres. Directeur général, directeur médical, responsable de la communication…: diverses fonctions et unités des entreprises pharmaceutiques sont représentées.

Le programme va se poursuivre en 2017.

Ebene-34.jpg

Relations avec les médias


Données et informations de fond pour les journalistes

Relations avec les médias


Données et informations de fond pour les journalistes

Interpharma est l’interlocuteur privilégié des médias pour toutes les questions touchant aux produits pharmaceutiques. Interpharma renseigne les médias sur demande, mais fait aussi un travail proactif de relations avec les médias. En 2016, deux conférences de presse ont été réalisées: fin janvier, les évolutions et les chiffres du marché du médicament en 2015 ont été présentés dans le cadre d’une conférence de presse réalisée en commun avec vips et IMS Health. En juin, Interpharma a organisé une conférence de presse pour présenter le Moniteur de la santé gfs 2016. Les deux conférences de presse ont eu beaucoup de visiteurs et les médias s’en sont largement fait l’écho, aussi bien médias imprimés qu’électroniques et en ligne.

Thomas Cueni, secrétaire général d’Interpharma, parle des nouveaux médicaments contre le diabète dans PULS du 25/4/2016.

Thomas Cueni, secrétaire général d’Interpharma, parle des nouveaux médicaments contre le diabète dans PULS du 25/4/2016.

ENQUÊTE SUR L’EUROPE EN BONNE PLACE

Par ailleurs, dix communiqués de presse envoyés ont également été bien relayés par les médias. Plus particulièrement la troisième vague de l’enquête d’opinion représentative sur la politique européenne et l’immigration, mandatée par Interpharma et réalisée par gfs.bern, a été présentée en très bonne place. En mai, le journal «NZZ am Sonntag» a fait un compte-rendu de l’étude en exclusivité et lui a consacré sa une. Les deux premières vagues de l’enquête avaient déjà été très bien relayées par les médias.

Des représentants d’Interpharma se sont en outre mis à plusieurs reprises à la disposition de journalistes de la télévision et de la radio pour répondre à des questions et prendre position sur des sujets actuels de politique de la santé et du médicament.

Au total, Interpharma a été citée plus de 150 fois directement dans les médias imprimés suisses. Des informations de fond, par exemple des chiffres sur le marché du médicament, ont en outre été utilisées de nombreuses fois dans des comptes-rendus des médias.

 

Ebene-33.jpg

Contributions et articles


Grâce au billet hebdomadaire, Interpharma a une forte présence dans les médias

Contributions et articles


Grâce au billet hebdomadaire, Interpharma a une forte présence dans les médias

Depuis 2011, Thomas Cueni, secrétaire général d’Interpharma, écrit chaque lundi un billet pour la Basler Zeitung sur un sujet de son choix. En 2016, plus de 50 de ces billets ont à nouveau été publiés. Ils portent en général sur des sujets politiques (pharmaceutiques) actuels et sont également publiés dans le Newsroom d’Interpharma. Avec une diffusion de quelque 49 300 exemplaires, ces articles ont une portée notable, atteignant 109 000 lectrices et lecteurs.

Tribune de Thomas Cueni, secrétaire général d’Interpharma, dans la Gewerbezeitung du 8/7/2016 ©Schweizerische Gewerbezeitung

Tribune de Thomas Cueni, secrétaire général d’Interpharma, dans la Gewerbezeitung du 8/7/2016 ©Schweizerische Gewerbezeitung

TRIBUNE DANS LE JOURNAL DES ARTS ET MÉTIERS

Trois articles de Thomas Cueni ont également été publiés dans la Schweizerische Gewerbezeitung (Journal des arts et métiers). À la rubrique «Tribüne», des représentants du secteur économique peuvent s’y exprimer librement. Dans le premier article, Thomas Cueni explique la signification de la réforme de l’imposition des entreprises III, non seulement pour les entreprises pharmaceutiques multinationales, mais aussi pour les PME; dans le deuxième, il aborde l’importance de la coopération européenne en matière de recherche scientifique. Le troisième article portait à nouveau sur la réforme de l’imposition des entreprises III. Avec un tirage de plus de 106 000 exemplaires, ces publications ont également une grande portée.

En septembre, Interpharma était présente dans le supplément sur les sciences de la vie de la Basler Zeitung par un article de son secrétaire général Thomas Cueni sur l’importance des accords bilatéraux ainsi qu’une annonce publicitaire.

 

 

 

Ebene-15.jpg

gesundheitheute


Vaste gamme thématique et forte part de marché

gesundheitheute


Vaste gamme thématique et forte part de marché

En 2016, l’émission «gesundheitheute» a compté au total plus de 6 millions de téléspectateurs. Chaque émission est regardée en moyenne par 150 000 personnes, la part de marché est de 16,3% (SRF 1 et SRF info), faisant de «gesundheitheute» l’émission de début de soirée la plus regardée sur la chaîne SRF. Par rapport à d’autres émissions comme «NZZ Standpunkte», la part de téléspectateurs reste constante tout au long de l’émission.

«gesundheitheute» sur l’immunothérapie contre le cancer.

«gesundheitheute» sur l’immunothérapie contre le cancer.

Interpharma est l’un des sponsors de «gesundheitheute», ce qui lui permet de proposer des sujets à la rédaction. Les films sont réalisés par la rédaction de manière indépendante. Les thèmes proposés par Interpharma en 2016 allaient de maladies touchant de nombreuses personnes comme l’ostéoporose, les rhumatismes, le psoriasis ou l’insuffisance cardiaque à des maladies rares comme l’hypertension pulmonaire et des sujets plus centrés vers la recherche comme l’immunothérapie contre le cancer.

Le 23 janvier, les possibilités et les chances, mais aussi les limites de l’immunothérapie contre le cancer ont été présentées à l’aide de deux exemples de patients. Un patient de 79 ans atteint de cancer du poumon et répondant très bien à l’immunothérapie était présenté, il décrivait «une qualité de vie comme avant» grâce au traitement. PD Dr Martin Früh, médecin-adjoint à la Clinique d’oncologie-hématologie de l’Hôpital cantonal de Saint-Gall, expliquait les avantages de ce traitement. Dr Dietmar Berger, directeur du développement clinique en oncologie/hématologie chez Roche et une chercheuse de Roche étaient également interrogés.

«ciblés, rapides et sûrs»

Dans l’émission du 30 janvier 2016, une patiente atteinte de psoriasis sur 70% de la surface cutanée racontait comment, enfant, alors que sa peau présentait des lésions ouvertes, elle avait été placée dans un bain d’eau salée et traitée comme une pestiférée parce qu’on croyait que la maladie était contagieuse. Prof Lars E. French de l’Hôpital universitaire de Zurich soulignait les grands progrès accomplis dans le traitement du psoriasis. Il décrivait les biomédicaments comme «ciblés, rapides et sûrs».

«gesundheitheute» sur sur la polyarthrite rhumatoïde.

«gesundheitheute» sur sur la polyarthrite rhumatoïde.

Dans l’émission du 21 mai sur la polyarthrite rhumatoïde, Dominique Rinderknecht, ancienne Miss Suisse, disait: «À part les médicaments, que j’ai la chance de très bien supporter, c’est aussi un suivi psychologique qui m’a aidée à gérer la maladie». Ambassadrice de la Ligue suisse contre le rhumatisme, elle veut encourager d’autres personnes touchées et leur servir d’exemple. PD Dr Adrian Ciurea, de la Clinique de rhumatologie de l’Hôpital universitaire de Zurich, parlait de l’évolution de la maladie et des processus inflammatoires qui se déroulent dans les articulations. En cas de polyarthrite rhumatoïde, les cellules immunitaires de l’organisme s’attaquent aux articulations, ce qui entraîne des gonflements, des douleurs et des déformations si l’on ne soigne pas à temps.

Lorsqu’il reçut le diagnostic d’hypertension pulmonaire, on ne lui pronostiquait plus que trois ans à vivre. Aujourd’hui, 13 ans plus tard, grâce aux traitements qui existent actuellement, il est encore en vie. Dans l’émission du 15 octobre, Walter Zimmermann racontait qu’il vit aujourd’hui beaucoup plus consciemment et Prof Michael Tamm de l’Hôpital universitaire de Bâle expliquait les causes, les conséquences et les possibilités de traitement de l’hypertension pulmonaire.

«voler comme un oiseau»

Le 22 octobre, les troubles de croissance ont été thématisés. Mathis Czekala, 11 ans, est un jeune talent du saut à ski suisse. Il prend des hormones de croissance depuis sept ans car il est atteint d’une carence en ces hormones. Il a aujourd’hui une taille normale pour son âge. Prof Urs Eiholzer du Centre d’endocrinologie pédiatrique de Zurich (PEZZ) suit Mathis qui s’entraîne quatre fois par semaine et trouve cool en saut à ski de «voler comme un oiseau».

L’émission est diffusée le samedi à 18h10 sur SRF 1 et est aussi accessible sur le site Internet de «gesundheitheute».

Ebene-32.jpg

CCP


L’initiative de transparence renforce la confiance dans la coopération éprouvée

CCP


L’initiative de transparence renforce la confiance dans la coopération éprouvée

Au plus tard le 30 juin 2016, plus de 50 entreprises pharmaceutiques agissant en Suisse ont publié pour la première fois sur leurs sites Internet les paiements qu’elles font à des prestataires du système de santé pour des prestations de conseil et de service. Ces entreprises recouvrent la majeure partie du marché suisse du médicament. L’initiative de transparence était l’idée de l’association pharmaceutique européenne EFPIA et a en même temps conduit en Suisse à l’élaboration du Code de coopération pharmaceutique (CCP).

Les échanges entre industrie pharmaceutique et médecins sont indispensables à la recherche et au développement de médicaments et améliorent la qualité du traitement des patient-e-s. L’industrie pharmaceutique a bien conscience du fait que les relations avec les prestataires de santé sont épineuses. On a aujourd’hui des exigences de transparence élevées au sujet des relations entre entreprises pharmaceutiques, corps médical, pharmaciens, hôpitaux et institutions de recherche. C’est pourquoi la branche pharmaceutique a décidé de publier chaque année les paiements de manière à renforcer la confiance dans la coopération éprouvée.

 

Ebene-37.jpg

Animal welfare


L’industrie pharmaceutique s’engage pour la protection des animaux à l’échelon national et international

Animal welfare


L’industrie pharmaceutique s’engage pour la protection des animaux à l’échelon national et international

Sur le long chemin menant à un nouveau médicament, l’expérimentation animale reste bien souvent indispensable. Les entreprises membres d’Interpharma se sont fixé pour objectif de traiter cette partie délicate de la recherche avec la plus grande responsabilité et de veiller à ce que la protection des animaux réponde aux exigences les plus rigoureuses. La législation suisse sur la protection des animaux est l’une des plus sévères au monde. Par la Charte pour la protection des animaux (Animal Welfare Charta) lancée en 2010, les entreprises membres d’Interpharma pratiquant la recherche en Suisse s’engagent à promouvoir ces normes de haut niveau à l’échelon national et international.

Recherche 3R: création d’un centre national de compétences

Le principe des 3R – Reduction (réduction), Refinement (amélioration) et Replacement (remplacement des études sur l’animal) – est systématiquement mis en œuvre depuis des années par l’industrie. Nos entreprises membres ont des connaissances précieuses et de longues années d’expérience dans le domaine de la recherche 3R orientée vers l’application pratique et ciblée. Elles souhaitent apporter ce savoir-faire lors de la mise en place du nouveau centre national de compétences 3R. Au printemps 2016, swissuniversities a été mandatée par la Confédération pour élaborer la structure et la mission du centre de compétences 3R. Avec d’autres représentants d’intérêts des milieux universitaires et des autorités, Interpharma est active dans le groupe de travail et dans plusieurs sous-groupes. La mise en œuvre d’un tel centre devrait être achevée fin 2017/début 2018.

Audits communs – encourager les échanges

Depuis 2014, des audits communs sont réalisés régulièrement auprès d’éleveurs qui fournissent des animaux à certaines entreprises membres d’Interpharma. Ces audits ont pour but d’identifier précocement des lacunes éventuelles dans le domaine de la protection des animaux et de parvenir à des améliorations en partenariat. Les audits vérifient la mise en œuvre optimale des prescriptions légales minimales et entendent en outre améliorer les efforts allant au-delà et visant à appliquer les 3R.

En 2016, trois audits ont été réalisés dans des pays européens. Les résultats sont utilisés ensemble par les entreprises membres et traités confidentiellement. Le processus d’audit est très complexe et requiert des connaissances approfondies de toutes les personnes impliquées au sujet de la législation et des exigences spécifiques à l’hébergement des animaux. Lors de l’audit proprement dit, le comité d’audit d’Interpharma (en général des représentants de deux à trois entreprises membres d’Interpharma) inspecte les installations d’hébergement des animaux et rencontre les gardiens d’animaux ainsi que les vétérinaires en charge du site. La liste de contrôle commune comprend environ 200 questions.