684943_original_R_K_B_by_Rainer+Sturm_pixelio.de.jpg

Le premier volet de mesures du DFI visant à maîtriser les coûts se focalise unilatéralement sur les coûts et ne contient pas d’approches visant à perfectionner le système de santé en fonction du progrès médical.

Dans son 1er volet de mesure visant à maîtriser les coûts, le DFI n’explique pas pourquoi à l’heure actuelle, une période aux nombreuses innovations, dont certaines très importantes, il voit un besoin urgent d’agir au niveau des coûts.

Le rapport entre la hausse des dépenses de santé et le développement du produit intérieur brut dans notre pays correspond à l’évolution observée dans d’autres pays prospères de l’OCDE et reste inférieure à celle de la France, de la Suède, de l’Allemagne et des Pays-Bas. C’est pourquoi Interpharma, avec de nombreux autres acteurs du système de santé, défend le point de vue que les problématiques et le besoin d’agir dans le système de santé suisse sont issus, moins de la hausse des coûts proprement dite, que du financement inégal des prestations ambulatoires et stationnaires.

En ce qui concerne la proposition, Interpharma soutient en principe trois mesures, mais appelle à des corrections pour une orientation vers davantage de qualité.

L'article expérimental proposé a du sens, mais le champ d’application pour les projets pilotes doit rester ouvert et le groupe cible doit être étendu à l'industrie et d’autres acteurs. Il serait également particulièrement important de mettre en œuvre des projets qui améliorent la qualité et l'efficacité des services, tels que ceux que l'industrie pharmaceutique souhaite promouvoir en coopération avec d'autres acteurs par le biais de sa plate-forme multipartite santeneXt.

Le système de prix de référence est inacceptable dans sa forme actuelle et nécessite diverses modifications. Une chose est claire : Les préparations originales dont le brevet a expiré représenteraient une part d’environ 50% du segment de marché concerné par les prix de référence.  Ainsi, l’industrie pharmaceutique pratiquant la recherche contribuerait pour plus de 50% à la baisse des prix dans le cadre du système de prix de référence incluant les préparations originales.

En collaboration avec les groupes de travail concernés, Interpharma a défini les conditions spécifiques dans lesquelles un système de prix de référence pour les médicaments serait acceptable. Interpharma a soumis la réponse à la consultation le 13 décembre et a publié un communiqué de presse. Les deux documents sont disponibles sur le site Web.

Un deuxième ensemble de mesures de maîtrise des coûts, qui comprendra diverses mesures liées à la drogue, devrait être soumis pour consultation à la fin de 2019.